3 mois que nous vivons confinés

Le 6 juin dernier, le président Kenyatta a fait une déclaration. Nous espérions qu'il assouplisse le couvre-feu et surtout qu'il ouvre les frontières aériennes pour que nous puissions envisager nos vacances en France cet été. Le 6 juin dernier donc, le président kenyan a effectivement assoupli les horaires du couvre-feu (21h-4h au lieu de 19h-5h). Mais c'est tout....Les frontières aériennes restent toujours fermées et nous ne pouvons toujours pas voyager au Kenya. Quelle déception !

Quelques très rares vols partent pour l'Europe ou Addis-Abeba en Ethiopie. Il s'agit de vols aller-simple, à 1800-3000€ le billet, sans retour. Et une fois à Amsterdam, Londres ou Addis-Abeba, charge à nous de payer le complément jusqu'à Paris. Les passagers des très rares avions qui atterrissent à Nairobi doivent respecter une quatorzaine obligatoire dans un hôtel réquisitionné par l'Etat à 100€ /nuit/personne, les frais étant à leur charge. Autant vous dire que nos espoirs de passer nos vacances en France cet été s'amenuisent de semaine en semaine.



Voilà 3 mois que nous vivons confinés. Au vu des derniers chiffres qui augmentent lentement mais inexorablement, le pic de la pandémie n'est pas près d'être atteint. L'OMS annonce un pic en septembre. Nous n'y croyons pas du tout. Nous nous rendons compte que notre situation n'est pas du tout comparable à celle de la France. Etant donné l'évolution de la situation, nous allons devoir nous préparer psychologiquement à vivre avec ce virus de nombreux mois. Il y a de très fortes probabilités que les enfants réintègrent l'école avec le spectre du virus très actif en septembre. Pour le moment, les enfants poursuivent leurs cours via les sessions en ligne. Ils s'y sont habitués, tout comme la plupart des professeurs. Néanmoins la fin de l'année se fait sentir car les conseils de classe vont avoir lieu d'ici quelques jours et nous commençons à ramener les livres au Lycée. Daddy continue à travailler en télétravail, tout en consacrant une journée de travail en physique. C'est sa bouffée d'oxygène pour lui. Je continue à alimenter notre blog, à donner des cours de français via Zoom, à améliorer mon anglais grâce à Internet (merci à Ted Channels), à courir autour de mon jardin pour le Raid Amazones 2020. Notre cagnotte pour que nous puissions y participer et soutenir l'association KRC est d'ailleurs accessible ici.


Nous cuisinons et avons tous pris des kilos en plus. Cela ne va pas arranger mes affaires pour le Raid Amazones. Même les professeurs s'y mettent ! Ils font d'ailleurs preuve d'imagination en proposant des recettes de cuisine avec un texte à trous. Les proportions correspondent aux réponses des exercices de maths des enfants. Et pour l'instant, nous avons très bien mangé.



Si le Kenya décide de rouvrir les frontières entre les différents comtés cet été, nous pourrons envisager de voyager, même si nous rentrons en hiver chez nous. En ce moment, les matinées sont fraîches avec des températures avoisinant les 16°c. En journée, quand le soleil décide d'apparaître, nous retrouvons des températures printanières avec 23°c. Si non il pleut parfois, il fait gris sans dépasser les 20°c. J'ai même ressorti les pulls la semaine dernière ; la première fois depuis septembre dernier.



On last June 6th, President Kenyatta made a statement. We were hoping that he would loosen the curfew and that he would open the air borders so that we could consider our holidays in France this summer. So on last June 6th, the Kenyan president effectively relaxed the curfew hours (9pm-4am instead of 7pm-5am). But that is all...The air borders are still closed and we cannot travel in Kenya. What a disappointment ! Some very rare flights leave for Europe or Addis-Abeba in Ethiopia. There are only single flights, for € 1,800-3,000 a ticket, without return. Once in Amsterdam, London or Addis-Abeba, it is up to us to pay the supplement to Paris. The passengers of the very rare planes which land in Nairobi must respect a mandatory fortnight in a hotel reserved by the State for € 100/night.person, costs being their responsability. Therefore our hopes of spending holidays in France are diminishing for this summer...


We have been living confined for 3 months. Regarding to the latest figures which are raising slowly but surely, the peak of the pandemic is far from being reached. WHO announces a peak in September. We don't believe it at all. We realize that the situation is not comparable at all to French one. Given the evolution of the situation, we will have to prepare psychologically to live with this virus for a long time. There are many probabilities that the children will go back to school with the specter of the active virus in September. For the moment the children go on their lessons via the on-line sessions. They got used to it, like most of the teachers. Nevertheless the end of the school year approaches because the class councils will take place within a few days and we are starting to bring the school books back at the School. Daddy goes on working at homeoffice, spending one day in his office. It is his breath of oxygen for him. I go on feeding our blog, giving French lessons via Zoom, improving my English level thanks to Internet (thank you Ted Channels), running all around my garden for the Raid Amazones 2020. Our kitty so that we can participate and help the KRC association is available here .


We cook and have all gained extra kilos. This is not a good news for my Raid Amazones. Even the teachers are getting started ! They have imagination by proposing cooking recipes with a text with holes. The proportions correspond to the answers of the children' maths exercices. And for the moment we have very well eaten.


If Kenya decides to reopen the borders between the different counties this summer, we may consider to travel, even if winter is coming here. Right now, the mornings are cool with temperatures around 16°c. During the day, when the sun decides to appear, temperatures are quite like in spring with 23°c. If not, it rains sometimes, it is gray without exceeding 20°c. I have even put on a sweat ; the first time since last September.