All is not rosy...

And no, all is not rosy ... Even if these first days are going well, acclimatization in Nairobi is not very easy.


- Those who dont't know Kenya have in mind an image of Kenya with a blue sky, with warm temperatures. Even if we had inquired before leaving and we knew it would not be nice in September, when we face the reality, it is not the same thing. Since our arrival, the weather is very often gray, it rains from time to time. The climate is wet and the pullover is often necessary in the morning, especially in homes and classrooms during the day.


- Traffic jams. An entire program. To make 2 to 3 km, it takes between 15 minutes and 1:30. The drivers burn the red lights, they do not know the priority and the rule that is authentic is 'first come first engaged', especially in the traffic roundabouts. Between the different hours of release of the kids, I spend a lot, a lot, a lot of time in the car every afternoon.


- The standard of living in Nairobi. Prices are very high and more expensive than in Paris. Only a few products are slightly lower than those found in France. This concerns fruits, local seasonal vegetables and meat. The price of the liter of gasoline is about 1.13 €, certainly cheaper than in France. Nevertheless, between traffic jams, roundtrips and petrol consumption of the car, our gasoline budget is quite astronomical.


- Administrative formalities. Daddy works for a French organization in Kenya, but the organization does not help us in any way in the administrative formalities (resident card, renewal of visas, underwriting insurance, ...) (or we don't know that they are taking steps for us !). And as for the large majority of expatriates I meet, these are their employers who took care of all these formalities, it is not easy to find the information, and especially the good information, by word of mouth. The Net is not very effective in this area either. A very good opportunity for frenchmoov.fr


- We are missing a walk in the city. Nairobi is a very large city without a real city center. When you want to walk, you take your car, and you must have a specific goal if for you 'walk' does not mean 'drive a car in traffic jams'. The neighborhoods are made up of compounds houses (subdivision of houses mutualising a number of services such as the security guard) or villas, shops in malls most of the time and, depending on the neighborhood, towers gathering hotels or companies. Difficult to stroll ... We were told about forests and parks but we had not time to go yet.


- The food. As everything is expensive, we prefer local and seasonal products. Say goodbye to delicatessen, cheeses, many varieties of yogurts, good bread. English potatoes and sweet potatoes have no secrets anymore for us.


- No photos neither videos in Nairobi. Taking photos and videos is forbidden in Nairobi because of the terrorist risk. You will not have many pictures...


Don't worry, Nairobi is an endearing city and its inhabitants have a lot of qualities. We'll speak about it in a next post.



Et non, tout n'est pas rose ...Même si ces premiers jours se passent bien, l'acclimatation à Nairobi n'est si pas facile que cela.


- Ceux qui ne connaissent pas le Kenya ont tous en tête une image du Kenya sous le ciel bleu, avec des températures chaudes. Même si nous nous étions renseignés avant de partir et que nous savions qu'il ne ferait pas beau en septembre, quand on est confronté à la réalité, cela n'est pas la même chose. Depuis notre arrivée, le temps est très souvent gris, il pleut de temps à autre. Le climat est humide et le pull n'est pas de trop le matin, notamment dans les maisons et salles de classe en journée.

- Les embouteillages. Tout un programme. Pour faire 2 à 3 km, il faut compter entre 15 min et 1h30. Les conducteurs grillent les feux rouges, ils ne connaissent pas la priorité et la règle qui fait foi est 'premier arrivé premier engagé', notamment dans les ronds-points. Entre les différentes heures de sortie d'école des kids, je passe beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps dans la voiture tous les après-midis.

- Le niveau de vie à Nairobi. Les prix sont très élevés et plus chers qu'à Paris. Seuls quelques produits sont légèrement inférieurs à ceux rencontrés en France. Cela concerne essentiellement les fruits, les légumes locaux de saison et la viande. Le prix du litre d'essence est de 1,13€ environ, certes moins cher qu'en France. Néanmoins, entre les embouteillages, les aller-retours et la consommation d'essence de la voiture, notre budget essence est assez astronomique.

- Les formalités administratives. Daddy a beau travailler pour un organisme français au Kenya, ledit organisme ne nous aide pas dans les formalités administratives (carte de résident, renouvellement des visas, souscription des assurances,...), (ou alors on ne sait pas qu'ils font des démarches pour nous !). Et comme pour la très grande majorité des expatriés que je rencontre, ce sont leurs employeurs qui se sont occupés de toutes ces formalités, il n'est pas évident de trouver les informations, et surtout les bonnes informations, par le bouche-à-oreille. Le Net n'est pas très efficace en la matière non plus. Du pain béni pour frenchmoov.fr.

- Se promener en ville nous manque. Nairobi est une ville très étendue, sans de véritable centre ville/centre bourg. Quand on veut se balader, on prend sa voiture, et on doit avoir un but précis quand 'se balader' ne rime pas avec 'balade en voiture dans les embouteillages'. Les quartiers sont composés de maisons en compounds (lotissement de maisons mutualisant un certain nombre de services comme notamment le gardien de sécurité) ou de villas, de magasins dans des malls la plupart du temps et, suivant les quartiers, de tours regroupant des hôtels ou entreprises. Difficile de flâner...On nous a parlé de forêt et de parc mais nous n'avons pas encore eu le temps d'y aller.

- La nourriture. Comme tout est cher, nous privilégions les produits locaux et de saison. Adieu la charcuterie, les fromages, toutes les variétés de yaourts, le bon pain. Les pommes de terre et la patate douce n'ont plus aucun secret pour nous.

- Pas de photos ni de vidéos à Nairobi. Les prises de photos et de vidéos sont interdites à Nairobi, du fait du risque terroriste. Vous n'aurez donc pas beaucoup de photos.






Mais ne vous en faîtes pas trop. Nairobi est une ville attachante et ses habitants ont de belles qualités. Nous vous en parlerons lors d'un prochain post.