Mont Kenya - 1er jour

Premier défi de l'année pour les Mzu Pumba. Grimper le Mont Kenya en 3 jours jusqu'à Lenana Point - 4995 m.


Pas question d'amateurisme. On fait appel à un guide kenyan habitué des randonnées qui nous fournit la liste des équipements et des conseils pour éviter le mal de l'altitude. En plus du challenge physique, on se prépare psychologiquement à avoir froid (imaginez...4995 m d'altitude), à avoir le mal d'altitude (ie maux de tête très violents, vertiges, nausées...) et être obligé de redescendre seul avec le guide si cela arrivait. Plusieurs jours avant, on se prépare au voyage. On recherche des combinaisons de ski auprès des uns et des autres (qui nous eut dit de ramener nos affaires de ski au Kenya ! ) ; on fait le tour de nos armoires en disant que de toute façon on ferait avec ce qu'on a (une écharpe du RC Lens, ...) ; on va faire un tour dans notre magasin de sport préféré. On se met également à boire 2 litres d'eau par jour plusieurs jours avant le départ ; il paraîtrait que cela minimise les risques de mal d'altitude. Je n'avais jamais bu autant d'eau dans une journée. On vérifie la météo régulièrement. Les applications ne sont pas plus fiables au Kenya qu'en France mais on ne peut s'empêcher de regarder. Surtout qu'ils prévoient de la pluie et du froid. La montée va s'avérer compliquée...


Départ à 7h. Le guide que nous appellerons Richard arrive au point de rendez-vous à l'heure. Une très bonne chose quand on connait l'Afrique...Tout le monde arrive au fur et à mesure. C'est l'excitation. On aurait dit des gamins qui partent en classe verte. Dernières embrassades à ceux qui restent. On rentre dans une grande voiture de safari au confort rudimentaire. Les plus petits (par la taille) à l'arrière. Les filles regroupées dans le même coin. C'est parti !



Après 4 heures de route, une pause pour regonfler les pneus, une pause pour aller aux toilettes et visiter un magasin de souvenirs qui se trouvait justement là (Richard sait optimiser les pauses), nous voilà arrivés au point de départ. A notre arrivée, une quinzaine d'hommes nous attendaient. L'expédition comprend de nombreux porteurs, des cuisiniers et 2 guides. Quand on sous-pèse nos sacs, nous sommes alors ravis d'avoir des porteurs, tout en nous demandant par quel miracle ils arriveraient à grimper tout là-haut avec nos sacs. Puis nous apercevons une table de pique-nique dressée. Le déjeuner nous attendait, fin prêt. Nous nous attablons en dégustant un succulent guacamole, des chapatis, des crudités et les meilleures mangues que j'ai mangées de ma vie.


Départ annoncé dans 5 min. L'aventure commence. On est complètement excités. On commence à marcher...sur une route goudronnée...On se dit que c'est le début... La 1ère étape fait 10 km. On marche dans la joie et la bonne humeur. Le dénivelé est très important...mais on marche toujours sur une route goudronnée...un peu déçus tout de même....On se rabat sur le côté pour laisser passer 2 ou 3 voitures...On passe devant un panneau nous annonçant qu'on franchit l'équateur. Au bout de 3 heures de marche, nous arrivons enfin au 1er camp de base se situant à 3300 m d'altitude. Nous arrivons tous les 7, sans maux de tête, sans entorses, sans tendinites.



Le camp est ce qu'il y a de plus rustique. Une grande cabane en tôle. La vue est magnifique. En rentrant à l'intérieur, on croise quelques couples français et anglais avec leur guide. 17h. Il fait froid. Le vent surtout. On se réfugie à l'intérieur. L'objectif est de réserver rapidement notre dortoir. Programme du soir : dîner à 18h ; coucher à 19h. Le dortoir est une véritable glacière faite de tôle à peine isolée et de fenêtres qui peinent à fermer. On se demande si on ne va pas mourir de froid. Pour tuer le temps, on tournicote, on se raconte des histoires, on prépare notre sac de couchage pour affronter le grand froid du dortoir. Au fur et à mesure des heures, on empile les couches de pulls et de polaires.


18h. Dîner. On se précipite sur la soupe chaude et autres mets, simples mais bons et chauds, que le cuisinier nous a concoctés.


19h. L'heure du coucher (on se demande comment on va réussir à s'endormir alors que c'est l'heure de l'apéritif en temps habituel). Chacun prend sa lampe frontale pour aller aux toilettes et se laver les dents au lavabo collectif qui se trouve dans la salle à manger. Chacun essaie de se changer là où il peut pour essayer de préserver un minimum d'intimité et essayer d'exposer au froid le moins de surface de peau possible. 19h10. Maintenant que chacun a mis sa paire de chaussettes, ses gants, son bonnet, sa polaire, ses collants et s'est glissé dans son sac de couchage -10°, on se demande ce qu'on va faire. Après 2 fous-rires et 2 blagues, on finit par s'endormir. Comme quoi....



First challenge of the year for the Mzu Pumba team. Climbing Mount Kenya in 3 days up to Lenana Point - 4995 m.


No question of amateurism. We hire a Kenyan hiking guide who provides us with a list of equipment and advice to avoid altitude sickness. In addition to the physical challenge, we prepare psychologically to be cold (imagine ... 4995 m above sea level), to have altitude sickness (ie very violent headaches, dizziness, nausea ...) and to be forced to go down alone with the guide if this happened. Several days before, we prepare for the trip. We are looking for ski suits and asking our friends (who told us to bring our ski gear to Kenya ! ); we go around our wardrobes saying that anyway we would do with what we have (a RC Lens scarf, ...); we're going to have a look at our favorite sports store. We also start drinking 2 liters of water a day several days before departure ; it would appear to minimize the risk of altitude sickness. I had never drunk so much water in one day. We check the weather regularly. The apps are no more reliable in Kenya than in France, but you can't help watching. Especially since they expect rain and cold. The climb will be complicated ...


Departure at 7 a.m. The guide whom we will call Richard arrives at the meeting point on time. A very good thing when you know Africa ... Everyone arrives as they go. It's the excitement. It looked like kids going to the green class. Last hugs to those who stay. We get into a big safari car with rudimentary comfort. The smallest (by size) at the back. Girls grouped in the same corner. Let's go


After 4 hours on the road, a break to reinflate the tires, a break to go to the toilet and visit a souvenir shop that was right there (Richard knows how to optimize the breaks), we arrived at the starting point. When we arrived, fifteen men were waiting for us. The expedition includes many porters, cooks and 2 guides. When we underweight our bags, we are then delighted to have porters, while wondering by what miracle they would manage to climb all up there with our bags. Then we see a picnic table set up. Lunch awaited us. We sit down enjoying a succulent guacamole, chapatis, raw vegetables and the best mangoes I have eaten in my life.


Departure announced in 5 min. The adventure begin. We are completely excited. We start walking ... on a tarmac road ... We say it's the beginning ... The 1st stage is 10 km. We walk in joy and good humor. The elevation is very important ... but we always walk on a tarmac road ... a little disappointed all the same .... We fold over on the side to let pass 2 or 3 cars ... We pass in front of a sign announcing that we are crossing the equator. After 3 hours of walking, we finally arrive at the 1st base camp located at 3300 m above sea level. We arrive all 7, without headaches, without sprains, without tendonitis.


The camp is very rustic and looks like a large sheet metal cabin. The view is beautiful. Coming inside, we meet some French and English couples with their guide. 5 p.m. It's cold. The wind especially. We take refuge inside. The goal is to quickly book our dormitory. Evening program : dinner at 6 p.m . ; sleep at 7 p.m. The dormitory is a real cooler made of barely insulated sheet metal and windows that struggle to close. We wonder if we're not going to die of cold. We spin around, we tell stories, we prepare our sleeping bag to face the cold of the dormitory. As the hours go by, the layers of sweaters and fleeces are stacked.


6 p.m. We have dinner and rush on the hot soup and other dishes, simple but good and hot, that the cook has concocted for us.


7 p.m. Bedtime (we wonder how we will manage to fall asleep when it is aperitif time in usual time). Everyone takes their headlamp to go to the toilet and brush their teeth at the collective sink in the dining room. Everyone tries to change where they can to try to preserve a minimum of privacy and try to expose the less skin area as possible. 7:10 p.m. Now that everyone has put on their pair of socks, gloves, hat, fleece, tights and slipped into their -10 ° sleeping bag, we wonder what we're going to do. After 2 giggles and 2 jokes, we succeed in falling asleep.