Petit guide avant de prendre sa voiture à Nairobi


Quand on a l'habitude de respecter le code de la route, conduire à Nairobi est un exercice assez particulier (mais pas des pires comparé à d'autres villes certes). Pour preuve, plus de 95% des personnes rencontrées possèdent un chauffeur ou utilisent une célèbre société de taxis pas chers via une application.


Circulation à Nairobi (credit photo : @deplacementspros.com)

Si vous décidez néanmoins de prendre le volant, voici quelques conseils pour vous familiariser avec la conduite à Nairobi.


Principe 1 : Partir du principe que les Kenyans n'ont pas la même notion de risque et n'ont pas appris le même le code de la route dirai-je.


Principe 2 : Comme il n'y a quasiment pas de trottoir, la plupart des gens marchent sur la route. Je ne vous raconte pas les sueurs froides quand on conduit de retour de soirée alors que les gens marchent le long des routes non éclairées.


Principe 3 : Les feux rouges sont très relatifs. Certains les respectent, d'autres pas. Dans tous les cas, soyez très attentifs car le feu a beau être au vert, des voitures peuvent surgir de n'importe où. En revanche, aussi bien les Kenyans brûlent les feux rouges, aussi bien je vous conseillerais de les respecter sous couvert de vous faire arrêter par un policier. Ce dernier aura trouvé le parfait prétexte pour vous extorquer des sous, les mouzoungou (homme/femme blanc en Swahili) étant leur cible préférée.


Principe 4 : Tout comme le principe 3, partir du principe que vous n'avez pas la priorité dans les ronds-points ('roundabouts', j'adore ce mot anglais).


Principe 5 : Autre particularité avec les bus Sacco qui s'arrêtent au dernier moment sans prévenir pour faire monter ou descendre ses passagers. Même si vous êtes en train de le dépasser, il s'avancera et n'aura pas peur de prendre le risque de toucher votre voiture. Ils conduisent des bus qui sont tellement abîmés que ce n'est pas un petit choc qui les fera ralentir.


Principe 6 : les Kenyans ne savent pas gérer les intersections. Comme il n'existe aucune priorité et que les embouteillages sont infernaux, leur objectif est de passer à tout prix. Lors d'une intersection, chacun cherche à grapiller quelques cm pour tourner ou continuer tout droit sans se soucier des autres. La plupart du temps, les voitures se trouvent coincées au milieu de l'intersection. Certains passants prennent alors l'initiative de réguler la circulation pour débloquer la situation.


Principe 7 : partir du principe que sur un même trajet le temps de conduite peut aller du simple au quintuple. Donc restez zen.


Principe 8 : enfin, si, malgré les 7 premiers principes, il vous arrive un accident, sachez que vous ne devez absolument pas bouger votre voiture d'un iota du lieu de l'accident. Vous devrez appeler un policier pour qu'il vienne effectuer un constat de l'accident, vous irez ensuite au commissariat le plus proche du lieu de l'accident (sauf si ce dernier est fermé) pour le signer, et seulement ensuite vous pourrez repartir.


A l'heure actuelle, nous sommes toujours décidés à conduire nous-mêmes. Nous avons été victimes d'un accident (mineur, mais nous n'avons pas échappé au constat). Nous avons été arrêtés par 2 fois par un policier mais ce dernier n'était pas corrompu par chance. Si vous gardez en tête ces 7 principes, vous devriez pouvoir survivre à la conduite à Nairobi. Et au final, vous allez très rapidement prendre les mêmes réflexes que les Kenyans, c'est la loi de la jungle somme toute. Karibu !






When one is accustomed to respect the rules of the road, driving to Nairobi is a rather special exercise (but not the worst compared to other cities of course). For proof, more than 95% of the people I have met have a driver or use a famous company of cheap taxis via an application.


If you still decide to get behind the wheel, here are some tips to get you started with driving in Nairobi.


Principle 1 : Assume that Kenyans do not have the same notion of risk and have not learned the same the highway code I would say.


Principle 2 : As there is almost no sidewalk, most people walk on the road. I do not tell you the terrible fear when driving back from the evening as people walk along the unlit roads.


Principle 3 : The traffic lights are very relative. Some respect them, others do not. In any case, be very careful because even if the traffic light may be green, cars can arise from anywhere. On the other hand, despite Kenyans do not respect traffic lights, I would advise you to respect them under the guise of being arrested by a police officer. This one would have found the perfect excuse to extort money, the mouzoungou (white man / woman in Swahili) being their favorite target.


Principle 4 : Like principle 3, assume that you do not have priority in roundabouts ('roundabouts', I love that English word ! ).


Principle 5 : Another special feature with Sacco buses that stop at the last moment without warning in order to get up or down passengers. Even if you are overtaking him, it will step forward and not be afraid to take the risk of touching your car. They drive buses that are so damaged that it is not a small shock that will slow them down.


Principle 6 : Kenyans do not know how to handle intersections. Since there is no priority and traffic jams are infernal, their goal is to pass at any cost. At an intersection, everyone tries to scrape a few cm to turn or continue straight without worrying about others. Most of the time, cars get stuck in the middle of the intersection. Some walkers then take the initiative to regulate the traffic to unblock the situation.


Principle 7 : Assume that on the same car ride, the driving time can range from one to five times. So stay zen.


Principle 8 : Finally, if, despite the first 7 principles, you happen an accident, know that you must not move your car at all from the place of the accident. You will have to call a police officer to make a report of the accident, then you will go to the closest police station from the accident site (unless it is closed) to sign it, and only then you will be able to leave .


At present, we are still determined to drive without a professional driver. We were victims of an accident (minor, but we did not escape the report). We were stopped twice by a policeman but he was not corrupted luckily. If you keep these 7 principles in mind, you should be able to survive driving in Nairobi. And finally, you will very quickly take the same reflexes as Kenyans, it is the law of the jungle after all.

Karibu!