The journey

The trip was set like an orchestra. The flight plan is as follows : departure at 5:10 pm from Bordeaux to Amsterdam to arrive at 7 pm, then departure at 8:35 pm to Nairobi.

11 am: final check of the 10 suitcases and 4 cabin suitcases. Weighing, label, padlock.

12 am : last French lunch.

1:30 pm : departure in a tight convoy to transport the 10 suitcases, 4 cabin suitcases, 1 backbag, 5 travelers, plus the drivers of the cars, to ensure that we will be parked all together. Very fluid arrival at the airport, check-in luggage in 10 minutes. The time of goodbye past, we are passing the security controls. We are ready to board the plane to Amsterdam.

4:45 pm. Boarding begins as planned. After 10 minutes, everything was stopped, without any explanation.

5:10 pm. Still no explanation.

5:30 pm. We are informed of a technical problem.

6 pm. Stress goes up

6:20 pm. We board the plane. The correspondence for Nairobi seems very utopian.

6:30 pm. Take-off with a delay of 1:20.

The flight to Amsterdam. There is a real tension in the plane because many passengers make only one stopover in Amsterdam. The charming hostess spends time with everyone, speaking only English, to explain that they do not have much information. I can gather the information that we are 8 persons on this plane for Nairobi.

7:50 pm (local time). The plane lands. We look at each other, wondering how he caught up 45 minutes of flight, and a small glimmer of hope pops up. The embarkation being at 7:50 pm and the flight at 8:35 pm, if the plane for Nairobi is late and we managed to pass the controls and find the boarding gate within 15 min without ever having been in Amsterdam airport, this can remain possible. Within 15 minutes, do you think ! Reasonably impossible, and ... who does not try anything has nothing. The kids are all very motivated, our hearts are racing.

8 pm. In the landing bus, we meet fortuitously the 3 other girls who go to Nairobi. As soon as the landing bus opens the door, we run at full speed in the corridors of the airport, shouting 'sorry, sorry', with the cabinet suitcases which are flying and not eventually rolling.

8:05 pm. Check in the controls where the 3 girls are waiting for us and managed to ask the customs to leave us all 8.

8:10 pm. I have never passed customs controls so quickly.

8:11 pm. The frantic race resumes. We believe it and even if the plane is gone, we will not be disappointed because we will have done our best.

8:16 pm. In our race, we finally arrive at the boarding gate. We take 2 seconds to look at the screen corresponding to the queue ... NAIROBI ! We are happy, relieved to take our plane, relieved to take a few seconds to catch our breath.

8:30 pm. We are installed in the plane, very well installed. Children begin to take possession of their screen and look at the list of available movies. Then we ask ourselves another question : could our luggage follow us on the plane? They certainly could not run as fast as us.

8:50 pm. The plane has still not taken off. Our little ray of hope is reborn ; we may have a chance to find our bags in Nairobi.

9:10 pm. We are waiting. This is one of the few times that I'm happy to be late. This delay gives a chance for the baggages to leave Amsterdam with us.

9:20 pm. Take-off ! That's it. Such an emotion !



Le voyage était réglé comme du papier à musique. Le plan de vol est le suivant : départ à 17h10 depuis Bordeaux direction Amsterdam pour arriver à 19h, puis départ à 20h35 pour Nairobi.

11h : ultime vérification des 10 valises en soute et des 4 valises cabine. Pesage, étiquettage, cadenas.

12h : dernier déjeuner à la française.

13h30 : départ en convoiturage serré pour transporter les 10 valises en soute, 4 valises cabine, 1 sac à dos, 5 voyageurs, plus les conducteurs des voitures, afin de s'assurer qu'on sera garés tous à proximité. Arrivée à l'aéroport très fluide, enregistrement des bagages en 10 minutes. Le temps des au-revoir passé, nous voilà en train de passer les contrôles. Nous voilà fin prêts à embarquer pour Amsterdam.

16h45. L'embarquement commence comme prévu. Au bout de 10 min, tout est stoppé net, sans explication.

17h10. Toujours aucune explication.

17h30. On nous informe d'un problème technique.

18h. Le stress monte.

18h20. On embarque. La correspondance à Amsterdam pour Nairobi semble très utopique.

18h30. Décolage avec 1h20 de retard.

Le vol vers Amsterdam. On sent une réelle tension dans l'avion car beaucoup de passagers n'y font qu'une escale. L'hôtesse, charmante, passe du temps avec chacun, ne parlant qu' anglais, à expliquer qu'ils n'ont pas beaucoup d'informations. J'arrive à glaner l'information comme quoi nous sommes 8 dans l'avion à partir ensuite pour Nairobi.

19h50 (heure locale). L'avion se pose. On se regarde en se demandant comment il a fait pour rattraper 45 min de vol, et une petite lueur d'espoir ressurgit. L'embarquement étant à 19h50 et le vol à 20h35, si l'avion pour Nairobi a du retard et qu'on réussit tous les 5 à passer les contrôles et trouver la porte d'embarquement en 15 min sans jamais avoir mis les pieds à l'aéroport d'Amsterdam, cela peut rester jouable. 15 minutes, pensez-vous ! Raisonnablement impossible, et puis...qui ne tente rien n'a rien. Les enfants sont tous hyper motivés, nos coeurs battent la chamade.

20h. Dans le bus de débarquement, on rencontre fortuitement les 3 autres filles qui vont sur Nairobi. Dès que le bus de débarquement nous ouvre les portes, on court à toute vitesse tous les 8 dans les couloirs de l'aéroport, en criant 'sorry, sorry', transbahutant les valises cabine qui finissaient par voler et non plus rouler.

20h05. Arrivée aux contrôles où les 3 filles nous attendaient et avaient réussi à demander aux douaniers de nous laisser passer tous les 8.

20h10. Je n'ai jamais passé des contrôles douaniers aussi rapidement.

20h11. La course effrénée contre la montre reprend. On y croit et même si l'avion est parti, nous ne serons pas déçus car on aura fait le maximum.

20h16. Dans notre course, on finit par arriver à la porte d'embarquement. On prend 2 sec pour regarder l'écran correspondant à la file d'attente...NAIROBI ! Nous sommes heureux, soulagés de prendre notre avion, soulagés de prendre quelques secondes pour reprendre notre souffle.

20h30. Nous sommes installés dans l'avion, très bien installés. Les enfants commencent à prendre possession de leur écran et regardent la liste des films disponibles. Puis on se pose une autre question : est-ce que nos bagages ont pu nous suivre dans l'avion ? Ils n'ont certainement pas pu courir aussi vite que nous.

20h50. L'avion n'a toujours pas décollé. Notre petite lueur d'espoir renaît ; on a peut-être une chance de retrouver nos valises à Nairobi.

21h10. On patiente. C'est bien une des rares fois que je suis contente d'être en retard. Cela laisse plus de chance aux bagages de partir avec notre vol.

21h20. Décollage ! Ca y est. Que d'émotions.


Si vous avez raté nos précédentes aventures, il est encore temps de rattraper le retard par ici.